Petites anecdotes impressionnistes !

 

S’il rime aujourd’hui avec d’illustres noms tels que Monet, Pissaro, Cézanne ou encore Renoir et constitue une référence indiscutable dans l’inconscient collectif, l’impressionnisme a pourtant fait l’effet d’un pavé dans la mare dans le monde de l’art à son époque. En effet, à la fin du XIXème siècle, le mouvement promeut de nouvelles techniques artistiques prenant le contrepied des conventions et codes jusqu’alors établis. Cela n’a pas été sans susciter révoltes et batailles. Revenons sur  l’histoire plutôt périlleuse de l’impressionnisme  !

De quolibet à référence

Commençons par le commencement. Après tout « impressionnisme » ça vient d’où ? Nous attribuons ce terme à Louis Leroy, critique d’art qui, découvrant l’œuvre « Impression soleil levant » de Monet écrivit en 1874 un article des plus satyriques dans le journal « Le Charivari » : Il déclare : « Il doit y avoir impression là-dedans […] Le papier peint à l’état embryonnaire est plus fait que cette marine-là ». Monet décida de conserver le terme, étonnant non ?

Une réception artistique ardue

C’est en 1860 que le mouvement impressionniste, impulsé par Edouard Manet, chef de file, émerge. La réception des œuvres se veut peu convaincante et les artistes se voient essuyer de nombreux refus au Salon de peinture et de sculpture. La presse et le public considèrent ces techniques picturales aux antipodes des codes académiques. Cela n’intimide guère les artistes, révoltés dans l’âme, qui commencent à se réunir et à organiser leurs propres expositions en marge de la société. Petit à petit, le mouvement commence à être davantage accepté et donc apprécié.

Un marchand d’art impliqué

Connaissez-vous  Paul Durand-Ruel et son rôle clé dans l’importance qu’a l’impressionnisme dans le monde de l’art actuellement ? Encore appelé « le défenseur de la Belle Ecole de 1830 », ce marchand d’art a l’esprit entrepreneur quitte paris pour Londres pendant la guerre franco-allemande. C’est là qu’il fait la connaissance de Claude Monet. Les années suivantes, il se voue à une implication sans faille pour promouvoir l’impressionnisme. Saviez-vous qu’il avait même organisé la seconde exposition du groupe des peintres impressionnistes dans ses propres locaux rue Le Peletier ? Ses expositions se révélant peu prometteuses, il finit par se tourner vers le marché américain à l’économie croissante. C’est à Boston en 1883 qu’il met en place la première exposition. Les travaux des artistes sont dès lors de plus en plus prisés.

Une nouvelle façon de peindre

S’éloignant des pratiques usuelles, les peintres impressionnistes ont cherché à mettre en avant les impressions profondes qui étaient les leurs. Pour ce faire, ils ont travaillé à mettre en avant des jeux de lumières, des touches de couleur vives et légères. Cette esthétique avant-gardiste a permis la possibilité d’une nouvelle conception du réel et de la façon dont on le représente. Il s’agit-là de peindre, non plus pour répondre à une demande mais par plaisir, par la volonté d’exprimer ses émotions, la beauté du monde dans sa simplicité.

La représentation de scènes de vie

Qui dit simplicité dit inévitablement nouveaux sujets. À une époque où la conception artistique sert à répondre à une demande économique, les sujets représentés étaient souvent des scènes religieuses réalisées avec une minutie accrue et un souci du détail exacerbé. Les artistes répondaient en général à des commandes de clients aisés. L’avènement de l’art impressionniste remet en question le sens-même de l’art. Ici, ce sont des scènes de vie qui sont mises à l’honneur, des paysages, des bords de mer, des plages, des monuments ou encore des villes.

Après avoir fait un petit tour d’horizon de l’impressionnisme et ses artistes, n’hésitez pas à nous partager vos œuvres phares ou vos artistes préférés et à échanger sur le sujet !

Vous avez aimé ces anecdotes due les impressionnistes  ?

Découvrez d’autres articles sur Hubbub Art

 

 

Réponses

New Report

Close