5 choses à savoir sur Louise Bourgeois !

Connue entre autres par ses sculptures,  Louise Bourgeois est aujourd’hui considérée comme une artiste influente du XXème siècle. Pratiquant la peinture, la sculpture mais également la gravure, la plasticienne a plusieurs cordes à son arc. Certaines pourraient d’ailleurs bien vous étonner ! Nous rendons aujourd’hui hommage à cette artiste de renom et vous présentons 5 choses que vous ignoriez peut-être sur elle. Surprise garantie !

1# Maman ?                       

En 1999, Louise Bourgeois crée une sculpture d’araignée de dix mètres de haut que l’on peut aujourd’hui retrouver à Bilbao, Séoul ou encore Ottawa. Ce qui est étonnant, c’est que cette dernière porte le nom de « Maman ». Cela parait en effet plutôt curieux. Et pourtant, la figure maternelle constitue pour Louise Bourgeois une grande source d’inspiration artistique. Elle dit elle-même : « Les araignées sont bénéfiques et protectrices, comme ma mère ». Pour l’artiste, l’araignée est le symbole de la maternité car elle incarne le sacrifice.

2# L’horreur de la figure paternelle

Le père de Louise Bourgeois a également contribué à son art. Ayant grandi à Choisy-Le-Roi, elle évoque son père avec peine. En effet, les nombreuses infidélités de ce dernier avec sa préceptrice au sein même de la maison familiale lui laissent de profonds traumatismes. Sa première installation en 1974 et appelée Destruction du Père en dit long sur le sujet. Elle met en scène son frère et sa sœur dominés par un père tyrannique, qui finira sous la table, dévoré de tous. Elle en fait une créature monstrueuse, destructrice.

3# Fernand Léger comme professeur

Au début années 30, Louise Bourgeois fréquente l’Ecole des Beaux-Arts de Paris. Elle y rencontre Fernand Léger, peintre français influent, qui devient son professeur. Il ne tarde pas à découvrir les talents de l’artiste en matière de sculpture. Elle abandonne donc ses pinceaux. Sculpter lui permet de dépasser ses angoisses. Lorsqu’elle évoque cet art, elle déclare « Pour moi la sculpture est le corps ». La corporalité est un des thèmes centraux de ses créations.

4 # Ni homme ni femme

Son prénom est inspiré de Louise Michel, figure incontournable du combat pour le mouvement de libération des femmes. Néanmoins, Louise Bourgeois ne voulait pas que son art soit qualifié de féministe. En 1968 elle crée une sculpture de pénis en latex et portant titre  Fillette. On voit là son intérêt d’aller au-delà des genres et de réunir masculin et féminin dans l’art.  Elle déclare : « La jalousie n’est ni masculine ni féminine ». Voilà qui fait réfléchir !

5# L’art pour se consoler

Elle se bat tout au long de sa vie contre la dépression. Elle crée autour d’elle un art de la chute et cherche constamment comment tomber sans faire trop de dégâts. Ses créations expriment la fragilité de l’être humain et ses difficultés à se battre lorsque des événements dramatiques lui arrivent. L’art est ce qui lui permet de garder une bonne santé mentale et de la sauver d’elle-même.

Vous aimez l’article sur Louise Bourgeois ? Rejoignez dès à présent le premier réseau social dédié à l’art, inscription gratuite !

Logo Hubbub Art

Suivez nous sur

Hubbub Art sur facebook            

 

 

Réponses

New Report

Close